Caractéristique

Sommet des ambassadeurs CORE 2019

July 24, 2019

Une fois par année, Rocky Mountain prend le temps d’ouvrir ses portes aux membres de sa famille élargie, les ambassadeurs CORE. L’idée du programme d’ambassadeurs a germé dans l’esprit de Wade Simmons, qui constatait qu’il y avait des riders formidables représentant Rocky Mountain aux quatre coins de l’Amérique du Nord, et qui voulait les amener officiellement dans notre giron.

L’acronyme CORE signifie « Cyclists of Radical Endeavours » (cyclistes aux exploits remarquables) et renvoie à un groupe d’ambassadeurs de Rocky Mountain qui ont en commun la passion du vélo, la volonté de redonner à leur communauté et l’envie de propager l’amour de notre sport. Il y a un total de 23 ambassadeurs CORE en Amérique du Nord, qui couvrent la Caroline du Nord jusqu’à l’Ontario, la Californie jusqu’à Squamish, et tout ce qui se trouve entre ces deux axes. On les a tous invités, et 13 d’entre eux ont pu se libérer pour une fin de semaine de trois jours à rouler avec nous, avec en ouverture de bal une incursion dans notre centre de R&D de North Vancouver.

Jour 1

Animé par six membres de notre équipe qui ne vivent que pour faire du vélo, le séjour s’est amorcé avec une visite de nos bureaux et de notre atelier d’usinage : le terreau fertile où nos rêves d’ingénierie deviennent réalité. Des spéculations sur l’avenir jusqu’à la conception et à la mise à l’épreuve des prototypes, c’est ici même, chez nous, que tout se passe. La recherche et le développement sont bien ancrés dans l’histoire de Rocky Mountain – il faut dire que notre situation au pied des montagnes du North Shore a ses avantages.

En sortant du bureau, on a tout de suite enfourché nos vélos en direction du mont Seymour pour une descente classique de Dale’s Trail et de Forever After. C’était une excellente introduction au North Shore pour les nouveaux, mais aussi une belle occasion de leur montrer les travaux qu’on avait faits dans Forever After. L’aménagement et l’entretien de cette piste, c’est notre contribution à la North Shore Mountain Bike Association (NSMBA) dans le cadre de son programme d’adoption des sentiers.

Ensuite, Wade Simmons a pris les rênes pour la prochaine étape, qui consistait en un beau mélange de segments rapides, fluides et corsés façon North Shore. Ce gars-là a toujours un plan pour faire de chaque descente un moment inoubliable. À partir du sommet du mont Seymour, les ambassadeurs CORE sont revenus jusqu’au bureau, où les attendaient un BBQ maison et de la bière froide de chez Bridge Brewing, la Prime Time, qui descendait drôlement bien après ce jour 1 des plus réussis.

Jour 2

En ce qui concerne le vélo de montagne en Colombie-Britannique, le North Shore n’est que la partie visible de l’iceberg; c’est pourquoi on a décidé de remonter le corridor Sea-to-Sky jusqu’à Squamish avec nos invités. La veille, quelques-uns d’entre nous avaient pris à cœur de fêter comme il se devait, mais ils ont toute de même trouvé la force d’attaquer une autre journée en selle.

En compagnie de deux ambassadeurs CORE du coin, Greg Day et Dwayne Kress, et de notre représentant technique du Nord-Ouest Pacifique, Pat Cox, le groupe est donc parti profiter des merveilles de la « capitale canadienne des sports de plein air ». La région est réputée pour ses parois de granit adhérent et ses pistes simples fluides, et le contraste marqué entre les sections en a surpris plus d’un. Il a fallu un moment d’adaptation pour apprivoiser la traction folle qu’offre la roche de Squamish, et ensuite, tout le monde s’en est donné à cœur joie sur les faces rocheuses.

La descente de 19th Hole est une sorte de rite de passage du Sea-to-Sky. Depuis des décennies, c’est un classique qu’on monte en navette, puis qu’on descend en enchaînant les prouesses techniques du début à la fin. La confiance gonflée par nos joyeuses pintes du midi, on a décidé de foncer tête baissée dans les bois. Des lignes droites turbulentes aux nouveaux virages remblayés de Pseudo-Tsuga, tout le monde avait le sourire fendu jusqu’aux oreilles en rentrant en ville.

Après une journée bien remplie sur des pistes incroyables, la force d’attraction de la glacière surpassait celle de la douche. C’était génial de voir que les inconnus d’hier étaient aujourd’hui des amis, tout ça après seulement quelques heures à pédaler ensemble. C’est ce qui rend le vélo de montagne si spécial, cette propension à tisser des liens tout simplement en s’amusant sur deux roues. Et au coucher du soleil, c’est l’appel du plancher de danse du seul et unique club de Squamish qui s’est fait sentir. Les gens d’ici ont tendance à prendre leurs activités de jour tellement au sérieux qu’ils disent non aux heures supplémentaires à boire de la bière et à danser… mais nous, on ne vient pas d’ici.

Jour 3

Peut-être que, l’an prochain, on va baptiser le jour 3 « La virée du masochiste ». La journée a commencé avec la dure montée de DeBeck’s Hill. Tout le vélo qu’on avait fait ces derniers jours se faisait sentir, mais nos ambassadeurs n’ont pas abandonné. Un coup de pédale à la fois, on a sillonné cette raboteuse route au dénivelé de 15 % en empruntant les sentiers Rigs in Zen et la plus jeune Pleasure Trail.

On a fait une petite pause santé au sommet, histoire de reposer nos jambes épuisées, de refaire le plein avec des barres et d’autres collations, et de préparer nos invités à une descente délirante. Les lignes qui définissaient clairement ce sentier étroit et plein d’obstacles en 2004 n’étaient plus claires du tout.

Environ à mi-chemin, un autre sentier s’est affiché sur la carte : Pleasure Trail. Reposant sur des dalles de granit et parsemée d’immenses parois rocheuses, cette piste est, en ce moment, une de nos préférées à Squamish! Tous les membres de l’équipe sont arrivés au pied de la montagne en un seul morceau et avaient encore assez de force pour se faire des « tope là » et tenir leur bière.

À l’hôtel, on se rappelait les points culminants de la sortie. Que l’exploit soit devant nous ou derrière, la même fébrilité nous habite. Les commentaires des ambassadeurs CORE sur les sentiers, la région et l’expérience incroyable nous confirment qu’ils comprennent pourquoi Rocky Mountain est si bien ici. Ils sont repartis des souvenirs plein la tête et le sentiment de faire vraiment partie de notre grande famille élargie. Et c’est exactement ce qu’on voulait : on a déjà hâte à la prochaine fois!

Précédent Caractéristique THE SLAYER – Lancement de la bande-annonce officielle Le scénariste et réalisateur signe un film avec une grande distribution d’ensemble et de multiples trames narratives qui rend hommage aux films d’horreur ayant marqué le genre, à la fin des années 1970 et au début des années 1980. À voir… si vous en avez le cran.
Prochain Caractéristique Le retour de Digger Wade a vu la situation comme une occasion d’aider un ami qui avait beaucoup fait pour lui au fil des ans. C’est lui qui a eu l’idée de faire rouler Digger sur un Altitude Powerplay : il savait que le coup de pouce qu’offrirait le système d’entraînement aiderait son amià se remettre en selle.