Florian Nicolai

Caractéristique

Retour aux Rocheuses

August 24, 2016

Les sommets emblématiques des montagnes Rocheuses incarnent la nature intrinsèquement sauvage, voire un dédain des expériences domestiquées qu’offre le monde moderne. La chaîne de montagnes à laquelle Rocky Mountain Bicycles doit son nom occupe une place spéciale dans nos cœurs, et cette année, nous savions qu’il était grand temps pour un retour aux sources – à notre roche-mère.

« Durant ma jeunesse à Edmonton, les Rocheuses représentaient pour moi l’archétype même des terrains accidentés et des grands espaces. Depuis que j’ai quitté les Prairies, mes escapades dans mon ancien terrain de jeux ont été plutôt rares, alors toute l’année, j’ai attendu avec impatience le moment où j’aurais la chance d’essayer le nouveau Slayer à Fernie. Je n’ai pas été déçu! Tout était au rendez-vous : les vues panoramiques, les descentes vertigineuses, des sentiers impeccablement aménagés et une communauté tricotée serrée de passionnés de vélo de montagne.

C’était la première fois que je roulais avec Florian Nicolaï, et j’ai vu tout de suite pourquoi il est l’un des meilleurs riders des Enduro World Series au monde. La vitesse lui vient naturellement, et il a le don de tracer des lignes vraiment originales dans les sentiers. Nous avons fait des sorties incroyables, et j’espère pouvoir revenir rouler dans les Rocheuses d’ici peu. » 

—Thomas Vanderham

Dans la Elk Valley, on raconte que William Fernie aurait un jour demandé à un chef des Ktunaxa d’où venaient les pierres de charbon que la fille de l’Amérindien portait au cou. Le chef aurait accepté de lui montrer la source du charbon à condition que M. Fernie épouse sa fille, mais le prospecteur aurait failli à son engagement. La malédiction du chef aurait alors frappé la vallée en entier, qui serait devenue le théâtre de nombreux feux, d’inondations et de catastrophes minières au tournant du siècle. C’est le chef Ambrose Gravelle de la Nation Ktunaxa qui aurait conjuré la supposée malédiction le 15 août 1964. Pourtant, les soirs d’été, en regardant bien le mont Hosmer au loin, on discerne parfois l’ombre de la fille du chef disparu, debout à côté du « cavalier fantôme » sur sa monture.

« Depuis le hublot, à bord d’un vol vers l’ouest au-dessus des montagnes de la Colombie‑Britannique, j’admirais la splendeur des sommets enneigés inondés de soleil. J’ai alors pris conscience que ce qui séparait ma maison d’adoption à Edmonton de mon Vancouver natal, c’était une immense formation rocheuse appelée les Rocheuses. J’ai voulu nommer notre entreprise Rocky Mountain en l’honneur de ces montagnes. » – Grayson Bain, l’un des fondateurs de Rocky Mountain Bicycles, 1981

Les sommets dentelés des Three Sisters dominant la Elk Valley sont constitués de massives couches de calcaire marin en pente, qu’on appelle formation de Palliser. Si la plupart des montagnes sont plus jeunes que le sol sur lequel elles reposent, c’est littéralement le monde à l’envers pour les pics escarpés de Fernie. Il y a 360 millions d’années, la région qui deviendrait la Elk Valley se trouvait beaucoup plus au sud, près de l’équateur, et seulement 80 km la séparaient de l’océan Pacifique à l’ouest. C’était l’ère des dinosaures; les tremblements de terre étaient fréquents et les plaques tectoniques se fracassaient les unes contre les autres, brisant d’énormes morceaux de pierre le long d’immenses failles de chevauchement. Puis, il y a 180 millions d’années, l’ancien fond océanique calcaire a été poussé vers le haut le long de ces mêmes failles et s’est retrouvé par-dessus la couche de pierre plus jeune, renversant la montagne sens dessus dessous.

« J’étais enthousiaste à l’idée de participer à ce projet. Le premier jour, je n’arrivais pas à croire que je roulais avec Thomas Vanderham. Pour moi, c’est une vraie légende! J’adore le regarder rouler et faire des figures avec son style bien à lui. Je n’avais jamais essayé la version finale du Slayer, mais ça ne m’a pris qu’une descente pour m’y habituer. J’ai été surpris de constater comme il s’adapte bien aux différents types de sentiers et de terrains.

Les sentiers des Rocheuses sont très différents de ceux en France, et ne ressemblent à aucun des endroits où j’ai roulé durant les Enduro World Series. La journée dans la zone alpine a été exceptionnelle. Rouler sur des sentiers bruts en sachant que Thomas était juste derrière moi a un peu mis mes nerfs à l’épreuve, mais les paysages étaient magnifiques et j’ai eu un plaisir fou. L’expérience a été fantastique, et j’espère pouvoir revenir bientôt! » 

—Florian Nicolaï

La grandeur des Rocheuses ne laisse personne indifférent. Des bouleversements géologiques aux mégatonnes de roches qui façonnent le paysage au rythme des mouvements glaciaires, les forces ayant engendré ces montagnes sont presque inimaginables. Cet endroit n’a pas son pareil pour nous faire sentir tout petit et nous rappeler que ce que nous avons sous les yeux aujourd’hui n’est qu’un instantané éphémère de l’histoire géologique de la terre. C’est un honneur d’explorer ces merveilles de pierre et de terre à vélo.

Photos de Paris Gore
Texte de Brian Park

Générique du film

Présenté par Rocky Mountain Bicycles
Création : Liam Mullany
Production : Brian Park
Riders : Thomas Vanderham et Florian Nicolaï
Caméra : Liam Mullany et Nic Genovese
Couleur : David Tomiak
Son : Keith White
Aménagement des sentiers : Matt Dennis

Musique

Introduction
Oliver Michael
olivermichael.com
 
Clams Casino – Waterfalls
Michael Volpe
Publication : Clammyclams Music/Sony/ATV Tunes LLC (ASCAP) a/s Sony/ATV Music Publishing Canada (SOCAN)
Tous droits réservés. Utilisé avec permission.

 

Remerciements

Mark Hall et l’équipe de GearHub à Fernie
Rob Peters chez Ascent Helicopters
Précédent Nouvelle 2016 EWS Team World Champions The Rocky Mountain Urge bp Rally Team are your 2016 Enduro World Series Team World Champions!
Prochain Nouvelle Le Slayer est de retour Il en a dedans.
Nouvelle

Mountains as Far as the Eye Can See

July 20, 2016

Mountains, mountains, mountains. As far as the eye can see. We are definitely in the Alps…

Words by Remi Gauvin, photos by Matt Wragg

La Thuile 2016 will go down as the most descending in 4 days I have done to date. In those days we descended 15,000m, wore through brake pads, and made a short career of tires. We also had a lot of fun.

La Thuile is on the French-Italian border near the famous mountaineering towns of Chamonix and Courmayeur. Mont Blanc, the tallest mountain in Europe, loomed over most of the stages throughout the weekend, but the weather played nice.

Stages were almost all accessed by lift with the exception of stage one. This meant that while our legs were fresh at the start of each stage, the long steep runs were punishing on the rest of our bodies. Riders were complaining that their arms were dead by the end of each run. All stages were physical in their own way and each one had a solid dose of climbing. The energy we saved on the transfers was more than spent on the stages.

Stage 1 started across the valley from the ski resort, and was the one stage without chairlift access. We climbed Col San Carlo and then up into the alpine, 900 meters above La Thuile. The stage started with some typical tight European switchbacks before passing through grass fields and dropping into the woods below. Alex Cure and Andreane both finished 4th on this stage.

For Stage 2 we headed back to the lift and made our ascent to the start. This stage started in the alpine, flagged though rough rocks and gorse bushes, only burned in by the countless riders who were sent to ride through it. Next we cut through a farmers cattle field—in practice we'd encountered a herd of stubborn cattle here, and they could not give a damn if there was a bike race happening where they wanted to graze. Then, finally ending on an old access road that zig-zagged across the bottom of the hill. Andreane finished a career best 2nd place on this stage and Florian took 3rd in the men’s field.

Stage 3 was one of the fastest stages of the weekend, but also one of the longest, with a brutal climb at the bottom. Fast rock faces and high speed corners in the alpine, twisty woods in the middle, followed by some of the best steeps of the race. Just when you thought it might be all over the course turned a sharp right and sent us onto a gravel road pointing right back up the hill. During the race the crowds screamed at you to pedal, while your legs screamed at you to stop. Stage 3 one of the best of the weekend, but it was also one of the worst of the weekend.

A night off to reflect on the days racing went by quickly. Soon we were back on the top of the mountain about to drop into Stage 4—one of the longest and most physical stages of the race. It seemed that it was always just slightly flatter than you wanted.  A gravel road climb in the middle of the stage had me seeing red into the next section, and hanging on by a thread by the end of the stage. Andreane showed her fitness once again and backed up her first day with another 2nd place.

Stage 5, although not extremely physical, was very technical. Steep off camber sections meant that you had to be precise and patient in during the stage in order to shine. 

The final stage of the weekend stage had a mixture of the highlights of every stage of the race. Tight switch backs, technical off cambers, steep chutes and a solid climb in the middle of the stage. The bottom was lined with spectators as you entered the finish area. It was a great stage to finish the weekend on.

Florian Nicolaï said that although he was happy with his 5th place result, he didn’t perform his best in a few of the stages and it cost him. Nevertheless, his consistant performance bumped him up into 3rd place in the Overall category.

Jesse also felt that his 13th didn’t reflect his pace this weekend and a few mistakes on Stage 5 knocked him back in the overall. After injury troubles the last few rounds, it's great to see him smashing stages again.

Andreane was of course over the moon with her result. 3rd place in her first real race of the season!

Once again the team as a whole performed spectacularly. We were the number one team on the weekend and added 100 points to extend our lead in the Team Overall. Andreane finished a career-best 3rd, while Florian finished 5th in the men’s. Alex finished 11th, Jesse 13th and I finished 23rd. Seb also took 2nd place in U21, keeping pace in his season-long battle with Adrien Dailly.

Next stop, Aspen!

— Remi Gauvin

Précédent Nouvelle Voici le Reaper et le Growler Le Reaper offre la même performance de trail agressive que nos modèles Thunderbolt et Altitude à double suspension, mais en plus petit, pour les plus jeunes ravageurs. Le Growler tire pleinement avantage de ses pneus de 27,5 po + à haut volume et de sa géométrie trail issue de la nouvelle génération afin que vous puissiez rouler n’importe où en toute confiance.
Prochain Nouvelle Fresh Threads on the Web Store New technical and lifestyle apparel available now, plus a Summer Sale!
Caractéristique

Flo Like Water

March 06, 2016

Florian Nicolaï is one of the most creative riders on the EWS circuit. His unique style threatens the podium at every race he enters. The Maritime Alps are home to some of the most technical tracks in the world, and working on this project over the winter showed us just how good Flo really is.

"This part of the world is the birthplace of Enduro. The Maitime Alps have produced some of the best riders on the planet, like Nico Vouilloz, Fabien Barel, Loic Bruni, and many others. The terrain and the culture make the difference—the trails have been here for centuries and were not made to ride, but to walk. So when you can find the flow here you’re a damn good rider." — Fred Glo, Godfather of Enduro & Owner of Urge bp

"Flo is insane. I don't understand half the stuff he does, but it's fun to watch!" — Jesse Melamed, Rally Team teammate

"Flo is a weirdly fast alien on a bike. He's got creative trail vision, and is one of the first riders coming up to have started out as a pure Enduro racer. Even after two strong EWS seasons taking 5th and 4th place overall, you get the feeling he's hungry for more results. Can't wait to see how this season unfolds." — Brian Park, Rocky Mountain Bicycles

Watch for Flo and the rest of our Rally Team throughout the entire Enduro World Series season. See you on track!

Rider: Florian Nicolaï
Bike: Altitude Rally Edition
Filmed by: Variable Visual, Sébastien Biget, & TS-Drone
Edited & Produced by: Brian Park
Photos by: Matt Wragg
Presented by: Rocky Mountain Bicycles & Urge bp
Supported by: Shimano, Maxxis Tires, Fox Racing Shox, Stan’s NoTubes, Race Face Performance Products, Royal Racing, 7 idp, FTI Consulting, Smith Optics, WTB, OneUp Components, Clif Bar, Evoc, Val d’allos
Music: Azad Right — Son of Sam
Thanks to: Fred Glo, Gaetan Riou, Matt Wragg

Précédent Nouvelle Le Maiden World Cup remporte le prix du vélo Downhill de l'année Nous sommes fiers d’annoncer que selon le magazine Decline, le Maiden World Cup est le meilleur vélo Downhill de 2016! 
Prochain Nouvelle Video: Carson Storch in Barcelona Our newest freeride team member crosses the pond for warmer temperatures and new spots. Good vibes in this film by Harrison Mendel.
Caractéristique

Altitude Sickness — Highs & Lows at EWS #5: Winter Park, Colorado

August 06, 2014

Photos par Matt Wragg. Texte par Isabeau Courdurier.

Après avoir lancé la saison au Chili ainsi que plusieurs autres courses en Europe, l'Enduro World Series s'est déplacé sur le continent Nord-Américain. À plus de 10 000 pieds d'élévation à Winter Park au Colorado, cette course promettait d'être l'une des plus difficiles de la saison au niveau physique. Ayant enduré un enfer en voyageant pendant près de 36 heures, l'équipe Rocky Mountain Urge bp Rally s'est réunie à Denver, mais les vélos ne se sont pas rendus. Trois jours avant une course, ce genre de situation élève rapidement le niveau de stress, sans mentionner l'aéroport de Denver rempli de Français qui s'énervaient beaucoup trop.

Une fois rendus à Winter Park, nous avons rejoint le reste de l'équipe: Peter, venant tout droit de l'Alaska, Jordan de Whistler et Francesco du Chili. Éventuellement, nos vélos sont arrivés à destination.

Vendredi

Le réchauffement nous donne généralement une bonne idée si la course sera pénible ou non, et je m'inquiétais déjà à l'étape 1. Le plat de celle-ci fût un massacre pour moi! Le reste de l'équipe a aussi eu de la difficulté, et seulement Flo et Jesse ont pu se classer dans le top 30.

L'étape 2 était beaucoup plus technique et nous avons pu récupérer du temps, mais à la fin de la journée, les résultats étaient tout aussi décevants: Flo est arrivé 16ième et Jesse en 21ième place, alors qu'Alex et Peter devaient pousser plus fort pour faire le top 50.

Samedi

L'étape 3 a débutée avec une section rocailleuse et beaucoup plus inclinée qui me convenait plutôt bien, mais s'en est suivie d'une section longue avec un plat où j'ai eu peine et misère à pédaler et conserver les gains que j'avais fait. L'étape 4 quant à elle était très courte, sans aucune ascension, et c'est ainsi que je me suis mérité mon premier podium d'étape de la saison - 3ième position!

C'est extrêmement difficile de respirer à cette altitude, et le terrain est vraiment différent de ce à quoi nous sommes habitués en tant que coureurs. Pendant que Jesse accomplissait une bonne journée; 9ième, 14ième et 6ième, Flo et Alex quant à eux avaient de la difficulté à garder la forme.

Rendus à la 5ième étape, nous étions tous exténués. Alex est tombé parce qu'il a “vu deux arbres alors qu'il y en avait seulement qu'un”, mais a réussi à remonter en 7ième place pour cette étape. Malgré tout, nous avons amélioré nos résultats en tant qu'équipe aujourd'hui, la journée la plus difficile de la course.

Dimanche

L'étape 6 a fait toute une controverse pour les coureurs. La plupart d'entre nous avaient l'impression que le parcours de Cross-Country plat et lisse à 10 000 pieds d'altitude ne respectait pas les standards établis des autres excellents parcours et étapes des courses EWS précédentes cette année. Alors que j'étais déjà hors de mon élément, j'ai manqué le ruban et je me suis retrouvé hors-parcours, ce qui m'a coûté encore plus de temps pour cette étape. Tous les autres on poursuivi et on été capable de maintenir leur position.

Finalement, la 7ième et dernière étape de la fin de semaine prenait lieu sur Trestle Downhill, de loin l'étape la plus technique et agressive de tout le weekend, et définitivement la meilleure façon de terminer la course! Nous avons tous eu un bon parcours, avec Flo qui s'est mérité la 6ième place, Jesse en 10ième position, Alex 18ième et Jordan 30ième. Quant à moi, j'étais vraiment content de ma 7ième place pour cette étape.

Après une fin de semaine exténuante, notre Canadien Jesse a été le plus rapide de l'équipe et  s'est classé en 15ième place, une position bien méritée! Pour aller de l'avant, il est clair que notre équipe doit s'améliorer pour devenir une menace pour le podium lorsque les course sont très physiques, surtout en altitude. À chaque fois nous gagnons de l'expérience à bien savoir gérer notre énergie et maximiser les gains de temps.

Bientôt, c'est dans la ville natale de Jesse qu'on se retrouve pour profiter d'un des endroits les plus prisés dans le monde du vélo. Les deux prochaines semaines seront remplies d'aventures et de moments mémorables, et nous avons tous hâte à cet arrêt du Enduro World Series; Crankworks!

--

Chaque membre de l'équipe utilise un Rocky Mountain Altitude MSL édition Rallye, avec des composantes et des chaussures Shimano, des pneus Maxxis, des roues Stan's No Tubes, une suspension de qualité Fox et des cockpits Race Face. Nous portons des casques Urge bp Archi Enduro et Endur-O-Matic, et avons la chance d'être supportés par des commanditaires clés tels que Cane Creek pour nos jeux de direction, e13 pour nos guides-chaînes, Honey Stinger pour nos gels énergétiques, la compagnie Kicking Horse Coffee, les consultants FTI et le Centre de Ski Val d'Allos.

Précédent Nouvelle 2015 Thunderbolt MSL Un marathon? Certainement. Trois sauts de suite? Pourquoi pas! La BC Bike Race? Absolument! Essayer touteles trails? Évidemment sinon ce serait impoli.
Prochain Nouvelle Gully prend d'assaut l'événement Geoff Gulevich n'avait qu'un seul et unique objectif; prendre d'assaut l'événement Suzuki Nine Knights 2014 à Livigno en Italie.
Nouvelle

Grand succès pour l'équipe Rally au Chili !

April 21, 2014

Première course du circuit Enduro World Series (EWS) et premier podium pour notre nouvelle équipe Rocky Mountain Urge pb Rally!

Positive et confiante, notre équipe s'est rendue au Chili pour participer à la première course EWS de la saison. Le canadien Jesse Melamed s'est joint à nos riders français Florian Nicolai, Isabeau Courdurier et Alex Cure pour affronter les plus grands riders mondiaux. Après deux jours à parcourir des sentiers parmi les plus impressionnants et uniques, Florian s'est particulièrement démarqué lors de la dernière étape, où il a dépassé Martin Maes au classement pour atteindre le 3e rang de la compétition. Il se classe derrière Jerome Clementz et Jared Graves.

Les résultats finaux de l'équipe :

  • Florian Nicolai – 3e position
  • Isabeau Courdurier – 5e position
  • Alex Cure – 7e position
  • Jesse Melamed – 30e position (revenant en force après plusieurs chutes)

L'équipe roule sur des vélos Rocky Mountain Altitude 770 MSL Rally Edition (composantes et chaussures Shimano, pneus Maxxis, roues Stan's NoTubes, suspensions premium Fox, guidon et potence Raceface) et porte les casques Urge bp Archi Enduro et Endur-O-Matic. Elle est aussi appuyée par les commanditaires suivants : Royal Racing Clothing, 7 IDP Protection, WTB Saddles, Smith Optics, Cane Creek headsets, e13 chainguides, Honey Stinger energy gels, Kicking Horse coffee, FTI Consulting et la station de ski Val d'Allos.

Félicitations à tous, nous nous reverrons en Écosse pour la deuxième course du Enduro World Series.

Photos par Matt Wragg.

Précédent Nouvelle RIDE-9™ Explained Nous nous sommes assis avec Thomas Vanderham, Ken Perras and Joe Kerekes pour en apprendre d’avantage sur le réglage du système RIDE-9MD pour une ride bien calculée.
Prochain Nouvelle La MÉTÉO annonce UN BLIZZARD Une nouvelle gamme de «FAT BIKE»