Maiden

Caractéristique

Entrevue avec Carson Storch – D’attaque pour le Rampage

October 22, 2019

Carson, qui participera bientôt à son cinquième Red Bull Rampage, connaît bien la montagne russe d’émotions que seule une compétition de cette ampleur fait vivre.

« C’est assez incroyable de prendre part à l’événement de vélo de montagne le plus grandiose de tous les temps […] pour moi, c’est un rêve d’enfance qui se réalise. » Carson, qui participera bientôt à son cinquième Red Bull Rampage, connaît bien la montagne russe d’émotions que seule une compétition de cette ampleur fait vivre. Et en plus de ses propres buts, il travaille à soutenir les athlètes de la relève qui partagent son rêve de toujours. « Le Red Bull Rampage a fait décoller la carrière de beaucoup d’athlètes du jour au lendemain – dont la mienne. ».

Quand il se donne l’objectif de prendre le départ du Rampage en 2014, Carson n’a encore participé à aucun des « gros » événements du circuit. Il travaille d’arrache-pied toute l’année, filme une vidéo de présentation, et se classe parmi les dix premiers lors de compétitions comme le Red Bull Joyride (placé sur la liste de remplaçants, il se voit appelé le matin même) et le District Ride. Ayant glissé son pied dans la porte, il se qualifie pour le Rampage à sa première année et réussit trois descentes. Il termine 15e au classement général, mais c’est suffisant pour qu’on l’invite à revenir l’année suivante.

En 2015, quand Carson chute durant son dernier tour d’entraînement au Red Bull Joyride et se casse la clavicule, il semble peu probable qu’il se remette en selle à temps pour le Rampage. Mais sa détermination et son assiduité dans ses traitements de physiothérapie payent : il est prêt. Néanmoins, les choses ne se passent pas comme prévu. Alors qu’il essaie un saut avant la compétition, Carson tombe et se blesse à la cheville (blessure qui va d’ailleurs lui donner du fil à retordre encore deux ans et demi), ce qui le force à faire le choix difficile de se retirer de la compétition.

« Je suis arrivé [en 2016] mieux préparé mentalement », raconte Carson. Et pour fonctionner, ça fonctionne. Il rafle la troisième place et le prix du meilleur saut (pour un énorme saut sur 360°). « Je ne m’y attendais pas, c’est arrivé comme ça, surtout parce que j’ai lâché mon fou durant cet événement en particulier. » Ce moment marque un tournant dans la carrière de l’athlète : il se consacrera davantage sur le freeride et les films, et moins sur le slopestyle.

L’année suivante, il se classe 7e au classement général du Red Bull Rampage, mais les difficultés reviennent à la charge en 2018.

L’année dernière a été difficile pour toi au Rampage. Qu’est-ce qui s’est passé?

L’an dernier, la compétition avait lieu sur un nouveau site, ce qui implique toujours un travail de construction énorme. Je n’ai simplement pas eu le temps de finir la partie centrale de mon parcours, qui était en fait la portion la plus facile. C’était un maillon faible, et il m’a fait rater mon coup à l’entraînement et durant mes deux descentes en compétition. J’ai même fait deux bonnes chutes le matin du jour J, et on a failli m’interdire de prendre le départ. Après tout ça, il va sans dire que j’étais dans le pire état mental possible au sommet, quand j’attendais de me lancer pour l’épreuve.

Le Rampage se déroule au même endroit cette année, quelle est ton approche?
Mon objectif est de réussir à consolider ma piste. Je veux construire une toute nouvelle section centrale rapide et brute, pour arriver en fin de parcours gonflé à bloc pour mon plus gros saut.

Quel rôle as-tu joué dans l’événement Proving Grounds?
On pourrait dire que j’ai été le facilitateur. Todd Barber nous a présenté l’idée, à Kyle Jameson et à moi, et comme nous avons cru que ce serait génial pour le freeride, nous avons contribué à sa création en coordonnant l’événement avec le festival Black Sage.

 

Pourquoi est-il important d’avoir une épreuve de qualification comme celle-là pour le Red Bull Rampage?

Je crois que Proving Grounds est une belle porte d’entrée pour la relève; c’est une chance de participer au Rampage pour quelques personnes de plus. N’empêche qu’il est encore important d’inviter 8 autres riders en fonction de leurs résultats, vidéos, etc., comme toujours.

Ce qui me rend le plus enthousiaste, c’est le potentiel qu’aurait une série mondiale d’événements comme Proving Grounds. Ce type d’épreuves viendrait combler un vide sur la scène du freeride : quelque chose ni de la trempe du Rampage – bien entendu – ni tout à fait comme le Fest Series, mais une sorte de mélange des deux. Mon point de vue ne fait pas l’unanimité, mais je crois sincèrement que ce serait un immense gain pour le sport, et une belle façon d’inclure les jeunes athlètes en leur donnant un objectif plus accessible.

Comment décrirais-tu ton année? As-tu vécu bien des hauts et des bas?

J’ai eu beaucoup de hauts, et pas trop de bas – ce qui est généralement le but. Black Sage est toujours un point marquant de l’année pour moi; j’y travaille tellement fort, et je ne suis jamais déçu. En bref, j’ai voyagé sans arrêt, participé à quelques compétitions de slopestyle et fait beaucoup de tournage. J’ai passé une excellente année!

Tu as eu la chance d’essayer le parcours du Red Bull Joyride à Whistler en avant-première. Que penses-tu des changements?

J’ai trouvé que c’était certainement un pas dans la bonne voie. J’aime qu’une piste offre beaucoup de choix et laisse place à la créativité. Ainsi, n’importe qui peut la prendre! J’ai eu beaucoup de plaisir à rouler à nouveau sur celle du Joyride. Ma dernière expérience remontait à 2015, quand je m’étais blessé à l’entraînement avant la compétition. Descendre le parcours une autre fois m’a fait un bien énorme : j’ai pu vaincre mes démons!

Qu’est-ce qui te passionne en ce moment?

Me préparer au Rampage est toujours un formidable défi. Il faut prendre soin de sa santé toute l’année et se parer à affronter les hautes montagnes de l’Utah en ayant une maîtrise parfaite du vélo. Peu importe où je roule, même en plein tournage, j’ai toujours cet objectif en tête. D’ailleurs, les films sont une autre chose dans laquelle j’adore m’investir parce qu’ils font ressortir ma créativité et me rapprochent de mes racines : l’exploration et la joie de rouler sur tous les types de vélo de montagne.

En début de carrière, il faut dire oui à tout pour se faire connaître. Comment te sens-tu, maintenant que tu as la liberté de choisir à quels projets et compétitions tu participes?

C’est vrai qu’à mes débuts, j’essayais absolument tout pour faire connaître mon nom, et j’ai trouvé l’expérience fantastique. Mais aujourd’hui, c’est assez incroyable pour moi de pouvoir faire uniquement ce que je veux : miser sur la qualité et non la quantité, tant pour les projets photo et vidéo que pour les épreuves. Par exemple, pour mes projets vidéo, j’essaie de construire des parcours faits pour durer qui profiteront à la communauté du vélo. Je mets beaucoup d’efforts dans ce genre de construction ces temps-ci à Bend et ailleurs en Oregon. Plus une communauté est effervescente, plus la relève devient déterminée à un jour pouvoir en faire partie.

 

 

 

 

 

Tu consacres le plus clair de ton temps et de ton énergie à un « projet mystère ». Peux-tu nous en parler?

Pas encore! Mais vous en aurez bientôt un avant-goût. Je travaille avec Clay Porter depuis un an et demi, entre autres sur ce projet vidéo, et j’adore! Tout ce que je peux dire du film, c’est à quel point j’en suis fier, et que nous espérons le terminer pour l’été 2020 (à déterminer).

La construction a commencé au Red Bull Rampage; Carson et son équipe sont à pied d’œuvre, de longues heures durant, pour créer une section « rapide et brute » à souhait au milieu de son parcours de 2018. Vu ses habiletés, sa détermination et le bon sens dont il a si souvent fait preuve au cours de sa carrière, Carson est toujours un athlète à surveiller. Mais bien au-delà du Red Bull Rampage, c’est avant tout pour sa volonté de faire avancer le freeride, de rendre le sport plus inclusif et de donner l’exemple à la relève que nous sommes tellement fiers de l’avoir dans l’équipe Rocky Mountain.

 

 

Bonne chance, Carson!

Précédent Caractéristique « En Marche » : l’histoire de la Vallée Bras-du-Nord Voici la merveilleuse histoire d’un réseau de pistes simples au cœur d’époustouflants paysages québécois et de ses surprenants bâtisseurs.
Prochain Caractéristique The Jank Files - Épisode 6 Montres à 80 000 $ et litres de fondue, longues files de riders enthousiastes et hématomes aubergine : voici l’épisode 6 de Jank Files.
Caractéristique

Carson Storch’ WW2 desert bomber Maiden

October 15, 2018

Rocky Mountain’s history at the Red Bull Rampage starts back in 2001 when Wade Simmons won the very first Rampage. Over the next 17 years, our riders competed every single year but one, including an impressive eight-year stint from Thomas Vanderham. Now, Carson Storch is carrying the freeride torch in the Utah desert and is ready to battle it out for his fifth Rampage appearance.

Carson’s custom painted Maiden was a collaboration with his friend, KC Badger. Carson and KC are both from Bend, Oregon and they wanted to bring elements from their hometown into the WW2 bomber themed paintjob. Taking inspiration from both eastern Oregon and the Utah desert, details of the artwork include a Rocky Mountain rattlesnake headtube, a “Maiden” cowgirl with an Oregon shaped body, rivet details, and five bombs signifying each of Carson’s Rampage appearances. The frame is hand painted from start to finish using enamel paint, just as they would’ve done on the original planes.

 

“I’m a big fan of both KC’s riding skills and his artistic abilities, so for him to hand paint me this frame for Rampage truly is an honour. It’s based off a WW2 plane I saw at the Museum of Flight in Seattle…and I can’t wait to get it up in the air next week!” – Carson Storch

 

 

“Sure, it would have been easier to just design some custom decals, have the bike painted and slap them on, but we wanted to try and emulate Carson’s riding through the paint job – NO SHORTCUTS.” – KC Badger

“I’m beyond thankful to Carson for trusting me to do this bike for him. I hope it brings him good luck, keeps him safe, and I think it’s going to look even better with a first place medal strung around it!” – KC Badger

Précédent Caractéristique Norvège : les participants à l’aventure Chaque voyage repose sur une équipe d’aventuriers aux parcours variés et aux visions singulières. Forts de leurs histoires et de leurs compétences uniques, ils embarquent tous dans l’aventure animés d’une même flamme : la passion pour le vélo de montagne.
Prochain Caractéristique Le jeune ravageur Comment décrire l’expérience Whistler du point de vue d’un enfant? En bref, c’est super!
Caractéristique

Gullyver's Travels – Premier épisode

January 13, 2017
Texte de Geoff Gulevich
Vidéo de Damien Vergez

Je parcours le monde depuis plusieurs années pour participer à des compétitions, mais je m’étais rarement aventuré à l’extérieur des stations de montagne où se tiennent les épreuves. Plus je vieillis, plus j’ai envie d’échapper à la bulle du milieu et de sortir des sentiers battus. La raison d’être des Voyages de Gullyver, c’est justement de motiver tous les riders à quitter leur zone de confort et à explorer de nouveaux endroits.

Le premier épisode se déroule dans les Alpes françaises et met en vedette Tito Tomasi, mon ami de longue date et coéquipier avec Rocky Mountain. Globe-trotter, Tito est aussi un passionné du vélo de montagne au talent phénoménal, qui a roulé dans quelques-unes des régions les plus reculées de la planète. Sa devise est « Vive la vie! », et c’est exactement ce que nous avions en tête.

Notre aventure a commencé dans le village d’Abriès. Nous avons pédalé aussi longtemps que nous le pouvions, jusqu’à ce que la pente nous force à mettre pied à terre et à porter nos vélos. Rendus aux lacs du Malrif, à environ 2 430 m d’altitude, nous avons établi notre campement pour la nuit. Juste avant que le soleil disparaisse, nous avons allumé un feu et nous sommes rempli la panse : de la bière, du pain, de la viande et du fromage. Nous étions en France, après tout.
 
 
 

Le lendemain, nous nous sommes levés tôt et avons transporté nos vélos sur le dos durant quatre heures pour gravir le Grand Glaiza; l’atteinte de son pic enneigé valait décidément tous ces efforts. Après avoir admiré le paysage à couper le souffle, nous avons enfourché nos vélos pour la descente de 3 300 m qui nous attendait.

Nos chemins se sont séparés à notre retour au village. Tito partait pour une autre aventure et je me préparais à m’amuser ferme au Mountain Bike Park de Châtel, parc qui regorge de pistes fluides et de sauts de taille – pas surprenant que ses habitués soient si doués.

Après ces deux journées hautes en dénivelé, l’heure était venue de rentrer à la maison. Un gros merci à Tito, qui a été un guide extraordinaire, et au Mountain Bike Park de Châtel. L’accueil y est toujours incomparable.

À la prochaine. D’ici là, on se voit dans les sentiers!

— Gully

Précédent Nouvelle L’équipe de freeride 2017 de Rocky Mountain : quatre générations de riders Rocky Mountain Bicycles annonce avec un immense plaisir que Wade Simmons, Thomas Vanderham et Geoff Gulevich seront de la partie en 2017.
Prochain Nouvelle Le guide « Bible of Bike Tests » 2017 : des éloges pour le Slayer « Le Slayer marque le début d’une ère nouvelle pour les vélos tout terrain et mène les riders plus loin que jamais. » — Bike Magazine
Nouvelle

Carson Storch se taille une place sur le podium au Rampage

October 16, 2016

Félicitations au cycliste de Rocky Mountain, Carson Storch! Ce freerider de Bend, en Oregon, s’est classé troisième au légendaire Red Bull Rampage de Virgin, en Utah. Il a aussi remporté le prix du meilleur saut pour son impressionnant 360° à mi-parcours.

Vidéo complète du Red Bull Rampage

Carson's Run Replay

Retour aux sources

Cette année, le Red Bull Rampage s’est déroulé sur un site naturel à l’état pur, comme dans ses débuts. Ayant carte blanche sur le nouveau site, Carson s’est joint à trois autres riders afin d’offrir une foule de figures et une expérience stupéfiante – le tout sur une piste que les organisateurs d’événements avaient qualifiée d’impraticable.

De là, Carson et son équipe, formée de Dustin Gilding et Calvin Huth, ont faussé compagnie aux autres riders pour aller façonner le terrain d’atterrissage d’un immense saut à mi-parcours et préparer bien d’autres figures impressionnantes tout au long de la piste.

« Mon parcours au Rampage comprend un peu de tout : des pentes prononcées, une piste totalement dégagée tout en haut, de grands sauts et une vitesse élevée vers la fin... tout ce que j’aime, alors je suis ravi. » – Carson Storch

Maiden « Americamo »

Nous voulions offrir à Carson un vélo tout à fait spécial pour le Rampage, alors nous avons demandé à PaintHouse Customs de peindre un motif « Americamo » sur le Maiden en carbone. Ce motif est inspiré du camouflage disruptif (« dazzle ») qui était appliqué sur les navires de la Première Guerre mondiale.

Le Maiden était réglé à la position la plus souple du système RIDE-4, et sa géométrie Equalized permettait l’utilisation de roues de 26 po.

Revue complète du vélo sur Pinkbike

Renseignements et caractéristiques du Maiden 2017

Après huit jours de préparation, le vélo était enfin prêt à se mettre les roues dans la boue. Des pentes abruptes, un départ technique, du style à revendre, une foule de figures et une finale ahurissante – Carson a offert une performance à couper le souffle au Rampage, s’emparant de la troisième place, derrière Antoine Bizet (2e) et Brandon Semenuk (1er).

C’est par une réaction véhémente que les juges ont déclaré que Carson devait remporter le prix du meilleur saut à la suite de son saut massif sur 360° à mi-parcours. QUEL SAUT!

« Je n’arrive pas à croire que j’ai la troisième place et le prix du meilleur saut. Quelle journée incroyable! Merci à mon équipe, à mes amis, à ma famille et à mes commanditaires. Je roulais pour toi aujourd’hui, Kelly [McGarry]! » – Carson Storch

Congratulations to everyone who rolled through the Rampage start-gate this year. Healing vibes to the guys that got injured out there, hope to see you back soon! So many heavy moves went down, and the sport progressed by leaps and bounds yet again.

Félicitations à tous les participants du dernier Rampage, et prompt rétablissement aux blessés; nous espérons vous revoir en selle bientôt! Il s’est passé tellement de grandes choses cette année qu’encore une fois, le sport a progressé à pas de géant.

Le regretté Kelly McGarry était le mentor et ami de Carson. Il aurait été très fier de lui. Un tel résultat était dans la mire de Carson depuis longtemps, et nous sommes plus que ravis pour lui. Nous avons déjà hâte à l’année prochaine!

Précédent Nouvelle Trail Journal: Le Premier Volume Le premier volume de notre magazine Trail Journal est consacré au plaisir de rouler. Il rassemble certains de nos coups de cœur – histoires, images, vélos et personnalités préférés.
Prochain Nouvelle 2016 EWS Team World Champions The Rocky Mountain Urge bp Rally Team are your 2016 Enduro World Series Team World Champions!
Nouvelle

Win a Maiden with Bar Drag Bounty 4

March 01, 2016

We've partnered with Vital MTB to bring you the best Instagram contest ever. Here's how you can win a brand new Maiden Park:

  • Upload your best turn video to Instagram
  • Tag @vitalmtb, @rockymountainbicycles and #bardragbounty
  • That's it. You're entered and could win a Rocky Mountain Maiden Park!

Contest runs March 1 through March 31. Vital MTB and Rocky Mountain team riders will pick the final winner, announced by Vital on April 3. Contest open worldwide, where local regulations allow.

Best of luck!

Précédent Nouvelle Video: Carson Storch in Barcelona Our newest freeride team member crosses the pond for warmer temperatures and new spots. Good vibes in this film by Harrison Mendel.
Prochain Nouvelle 2016 Rocky Mountain Backgrounds
Caractéristique

C'est un départ pour le Maiden

August 18, 2015

Plus tôt ce mois-ci, nous nous sommes rendus au Retallack Lodge avec Thomas Vanderham, Wade Simmons, quelques employés Rocky Mountain ultra-chanceux et autres médias clés afin d'effectuer le lancement officiel du Maiden.

Arriver 'en grands'.

Après avoir étanché notre soif avec quelques rafraîchissements, on s'y est mis immédiatement. 

Rob Potter fait l'expérience des pistes rapides et intenses du Retallack pour la première fois.

Un classique de Simmons.

Première soirée: plusieurs ont eu mal à l'égo en participant au jeu de clous Nageln (aka Hammerschlagen).

Des villages miniers fantômes aux cimetières d'autobus, les montagnes Selkirks ont une histoire fascinante.

Simmons qui arrive avec la vandemonium. Oh, et 12 Maidens.

Deuxième journée: il n'y a pas meilleure navette.

Scotty P, que l'on surnomme aussi Pickles, atterrit au sommet de Reco. L'an dernier nous soutenions l'aménagement de la piste Peak 2 Creek, alors c'était vraiment quelque chose de pouvoir enfin en faire l'essai.

On s'est fait dire que vous aimiez les montagnes rocheuses, donc on fait l'essai de vos Rocky Mountains sur des 'Rocky Mountains'.

Le printemps dernier notre Chef de Produits, Ken Perras, a fait un accident et s'est cassé trois vertèbres, un fémur, une hanche, le sternum, 10 côtes, en plus de s'être  perforé un poumon. C'est incroyable de le voir sur le vélo, dévaler une pente à nouveau.

Vanderham a beaucoup aimé les pistes rapides et vallonnées qui descendaient des hauteurs alpines, jusqu'au chalet au bas de la montagne.

Deuxième soirée: nous avons regardé Maiden Voyage en première, un montage de Vanderham avec Matt Mills et Anthill Films, et avons fait un toast aux pistes avec un sacré bon whisky. En plus, il semblerait que Ken est pas mal bon au Jenga avec une planche IndoBoard.

Après trois jours à dévaler une partie des meilleurs terrains au monde, à manger de la bouffe incroyable et à apprécier la vie de chalet en général, c'était déjà le temps de rentrer à la maison et de se préparer pour Crankworx.

Nous aimerions remercier Mike Kinrade et Phil Pinfold du Retallack Lodge, Dean et Ida de Toyota BC, et Margus Riga pour ses merveilleuses photographies.

CONSULTEZ LE COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU MAIDEN EN ENTIER, ICI.

Précédent Nouvelle Catching Up with Jesse Melamed EWS racer Jesse Melamed sits down with Stan's Notubes to talk racing, injuries, wheels, and his plans for 2016.
Prochain Nouvelle Voici le Maiden Son cadre en carbone a été conçu dès le départ pour performer aux plus hauts niveaux en Coupes du monde, aux parcs de descente, ainsi qu’en freeride « big mountain ». 
Nouvelle

Voici le Maiden

August 05, 2015

Après presque quatre ans de développement, nous sommes fiers de présenter le Maiden. Avec la liberté de concevoir dans un horaire prolongé, il représente l’apogée de notre technologie et de notre innovation. Son cadre en carbone a été conçu dès le départ pour performer aux plus hauts niveaux en Coupes du monde, aux parcs de descente, ainsi qu’en freeride « big mountain ». 

Details

  • Débattement: 200mm (Av), 200mm (Ar)
  • Cadre, lien, base arrière et hauban en carbone
  • Optimisé pour tailles de roues 26’’ et 27.5’’ avec le concept de roues égalisées
  • Suspension Smoothlink à quatre bras
  • Les axes de collet du pivot PIPELOCK se fixent dans le cadre pour plus de rigidité
  • Roulements à billes Enduro MAX surdimensionnés pour une durée de vie prolongée et une capacité de charge plus élevée
  • Protection de cadre intégrée : protecteur de tube diagonal moulé, garde-boue de suspension arrière, protecteur de bases, et pare-chocs de fourche intégrés
  • Électroniques Di2 compatibles avec port de batterie furtif interne
  • Routage de câble et frein interne
  • Jeu de pédalier PressFit BB107, jeu de direction drop-in IS42 | 52, entraxe de 157mm, montage ISCG-05
  • Grandeurs : S/M/L/XL 


Suspension

Courbe de suspension

Nous avons testé une vaste gamme de systèmes de suspension durant le développement du Maiden. La plupart des vélos de descente à quatre bras ont des pentes de taux très bas (inclinaison de <20%). Ils ont un bon support à l’affaissement, mais requièrent des taux de ressort plus hauts et durs ou des amortisseurs à air progressifs pour éviter les cyclistes plus avancés de s’excaver. D’un autre côté, certains vélos à pivots virtuels ont des pentes de taux très élevés (inclinaison de >70%). Ils ont une excellente sensibilité aux petits chocs et ne s’excavent pas facilement, mais ils se vautrent et manquent de support à l’affaissement.

La courbe du Maiden se tient entre les extrêmes à 40% d’inclinaison. Elle commence assez basse pour offrir une souplesse aux petits chocs, termine assez haute pour éviter d’excaver, apporte un bon support au cycliste à l’affaissement et finalement, permet l’usage d’un ressort plus léger. Nous avons aussi ajusté la progression afin qu’elle s’élève à une courbe quasi constante qui rend une réponse plus prédictible ainsi que des ajustements d’amortisseurs plus efficaces.

Cette performance résulte avec un système réactif et souple à la fois. Le vélo dévore les bosses répétitives, se lance des sauts de manière prévisible et réagit bien lorsque poussé agressivement.

Pédalage et Allongement de base arrière

Le Maiden met efficacement de la puissance au sol grâce à un haut niveau d’anti-rabaissement (anti-squat) (75% avec les roues 27.5’’) et une suspension bien supportée. L’allongement des bases est minimal (26mm avec les roues 27.5’’ ou 21mm avec les roues 26’’) et nous avons poussé cette croissance plus loin dans le débattement afin d’améliorer d’avantage sa performance sur les petits chocs tout en parvenant à avoir la trajectoire d’axe que l’on désirait.

Caractéristiques de freinage

Notre équipe d’ingénieurs a passé beaucoup de temps pour améliorer l’adhérence et le contrôle en freinage, puisqu’un freinage plus efficace nous rend plus rapides. Notre freinage Autonomous en attente de brevet résiste à la fois à la compression et à l’extension durant le freinage – ceci tout en restant actif pendant la majorité du trajet de la roue arrière et permettant au vélo de réagir sous les forces du terrain plutôt que les forces du freinage.

Le Maiden arrive à ces caractéristiques de freinage en équilibrant « l’anti-rise » (35%), la contre rotation de l’étrier de frein et le transfert instantané de l'inertie du frein. Le pivot virtuel de notre triangle arrière commence loin derrière le vélo, s’éloigne vers l’arrière à l’infini lorsque le vélo compresse et réapparait à l’avant du vélo en fin de course. Ce long levier virtuel du triangle arrière est l’idéal afin d’épargner le phénomène « grip-slip » de perte d’adhérence que l’on retrouve chez d’autres vélos, spécialement dans les designs à pivot simple.

L’effet est épatant : on retrouve plus de débattement disponible pour encaisser le terrain durant le freinage, il y a plus de traction et les mains se fatiguent moins – une équation gagnante. 

Géométrie 

Nous avons travaillé de près avec nos athlètes en gravité à travers le design du vélo et ses phases de test, ainsi selon les paramètres personnels de Thomas Vanderham pour le centre de gravité bas du vélo, un ‘reach’ (distance horizontale boitier de pédalier-tube de direction) bien équilibrée et une géométrie agressive. 

Ajustement et Adaptabilité 

Il y a des avantages aux roues 26’’ et 27.5’’ pour les applications de la descente. Plutôt que de simplement mettre des roues plus grandes sur un design existant et compromettre la dynamique de direction, nous avons créé le concept de roues égalisées. En utilisant une entretoise de tube de direction combiné à deux positions d'essieu arrière, ce système permet aux cyclistes de choisir leur dimension de roues tout en maintenant la hauteur optimale du pédalier et la géométrie de pilotage de la fourche.

Nous avons adapté notre système RIDE-4 pour ajuster la géométrie tout en minimisant l’altération de la courbe de suspension. Ceci nous a permis d’apporter certains changements subtiles à la géométrie comme un 1⁄4’ ajouté à l’angle du tube de direction avec un effet minimal sur le réglage de l’amortisseur. 

SEE ALL MODELS HERE. AVAILABLE LATE OCTOBER.

Précédent Caractéristique C'est un départ pour le Maiden Plus tôt ce mois-ci, nous nous sommes rendus au Retallack Lodge avec Thomas Vanderham, Wade Simmons, quelques employés Rocky Mountain ultra-chanceux et autres médias clés afin d'effectuer le lancement officiel du Maiden.
Prochain Caractéristique An Idiot's Guide to Bikepacking on Snow Skyler Des Roches continues to push the boundarys of where tires make tracks when he and Knut Kitching take a couple of Blizzards into the glaciers and snowy mountain passes of the South Chilcotins in the early Summer, by night.