Caractéristique

Caractéristique

A Rocky Mountain Christmas

December 21, 2015

As bike people it's easy to get caught up in our own hype. We all want shiny new stuff, but there's more to this sport than the latest-and-greatest. This Christmas lets be thankful for all friends, all trails, and all bikes.

See you in the mountains, and Love the Ride.

Merry Christmas!

-Rocky Mountain Bicycles

 

Starring Jason Lucas as himself, and Brett Tippie as Santa.
Written by Matt Dennison and Kaz Yamamura.
Cinematography and editing by Matt Dennison.
Narrated by Alex Farnham.
Special thanks to Wendy Dennison, Leo Zuckerman, Zac Moxley, and Cyrel Gonzales.

Précédent Nouvelle Welcome to the Team Carson Storch We are proud to sign Oregon-based slopestyle and big mountain rider Carson Storch to our freeride program. 
Prochain Revue de presse Bike Mag's Thunderbolt BC Dream Build Bike Magazine's Brice Minnigh selected our Thunderbolt BC Edition as the platform for his 2016 "Dream Build."
Caractéristique

C'est un départ pour le Maiden

August 18, 2015

Plus tôt ce mois-ci, nous nous sommes rendus au Retallack Lodge avec Thomas Vanderham, Wade Simmons, quelques employés Rocky Mountain ultra-chanceux et autres médias clés afin d'effectuer le lancement officiel du Maiden.

Arriver 'en grands'.

Après avoir étanché notre soif avec quelques rafraîchissements, on s'y est mis immédiatement. 

Rob Potter fait l'expérience des pistes rapides et intenses du Retallack pour la première fois.

Un classique de Simmons.

Première soirée: plusieurs ont eu mal à l'égo en participant au jeu de clous Nageln (aka Hammerschlagen).

Des villages miniers fantômes aux cimetières d'autobus, les montagnes Selkirks ont une histoire fascinante.

Simmons qui arrive avec la vandemonium. Oh, et 12 Maidens.

Deuxième journée: il n'y a pas meilleure navette.

Scotty P, que l'on surnomme aussi Pickles, atterrit au sommet de Reco. L'an dernier nous soutenions l'aménagement de la piste Peak 2 Creek, alors c'était vraiment quelque chose de pouvoir enfin en faire l'essai.

On s'est fait dire que vous aimiez les montagnes rocheuses, donc on fait l'essai de vos Rocky Mountains sur des 'Rocky Mountains'.

Le printemps dernier notre Chef de Produits, Ken Perras, a fait un accident et s'est cassé trois vertèbres, un fémur, une hanche, le sternum, 10 côtes, en plus de s'être  perforé un poumon. C'est incroyable de le voir sur le vélo, dévaler une pente à nouveau.

Vanderham a beaucoup aimé les pistes rapides et vallonnées qui descendaient des hauteurs alpines, jusqu'au chalet au bas de la montagne.

Deuxième soirée: nous avons regardé Maiden Voyage en première, un montage de Vanderham avec Matt Mills et Anthill Films, et avons fait un toast aux pistes avec un sacré bon whisky. En plus, il semblerait que Ken est pas mal bon au Jenga avec une planche IndoBoard.

Après trois jours à dévaler une partie des meilleurs terrains au monde, à manger de la bouffe incroyable et à apprécier la vie de chalet en général, c'était déjà le temps de rentrer à la maison et de se préparer pour Crankworx.

Nous aimerions remercier Mike Kinrade et Phil Pinfold du Retallack Lodge, Dean et Ida de Toyota BC, et Margus Riga pour ses merveilleuses photographies.

CONSULTEZ LE COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU MAIDEN EN ENTIER, ICI.

Précédent Nouvelle Catching Up with Jesse Melamed EWS racer Jesse Melamed sits down with Stan's Notubes to talk racing, injuries, wheels, and his plans for 2016.
Prochain Nouvelle Voici le Maiden Son cadre en carbone a été conçu dès le départ pour performer aux plus hauts niveaux en Coupes du monde, aux parcs de descente, ainsi qu’en freeride « big mountain ». 
Caractéristique

An Idiot's Guide to Bikepacking on Snow

July 15, 2015

 

Words and Photos by Skyler Des Roches

I have a confession. Before this trip, I'd never actually ridden a fat bike on snow. I'd played around on some sand, and generally felt the worth of fat rubber, but coastal British Columbia is not exactly a prime location for riding bikes on snow. This area is known for steep, glaciated peaks, and bottomless powder, neither of which mix well with fat bikes. Backcountry skis are the tool of choice for moving around the mountains for much of the year.

Sadly, this season let me and many other backcountry skiers down. Record-breaking warm temps and low precipitation meant for a low-powder, low-excitement ski season for all but the most motivated. When that awkward time of the season arrived in late May, when there's still snow in the alpine, but too much bush between there and the trailhead to encourage much skiing, I hadn't had my fill. Rather than turning my attention downward to the prime riding season underway near sea level, I had the novel idea to just go ride on snow.

Knut is a man who enjoys novelty. He seems to derive a sort of sheepish pleasure from putting strange, impractical handlebars on his mountain bike, sewing quirky patches to his gear, smoking a wizard-length tobacco pipe, or eating monstrously large apples – “novelty hand fruit”. He was evidently prepared to overlook the probable outcome – that we'd bushwhack several kilometres with bikes before pushing them a short ways through knee-deep slush – when we came up with a half-baked plan to attempt a ski tour without skis.

After a long drive to the South Chilcotins, our first day of riding met all of our expectations – bushwhacking, bike pushing, bike carrying, and post-holing in slush. We weren't riding the trails that have made this corner of the Coast Mountains famous. No, those were already, almost entirely snow-free and ready for conventional tire sizes. Instead, we followed a forgotten horse trail up Slim Creek, aiming for a snow-covered alpine plateau west of there, and the mellow glaciers beyond. By mid-afternoon we'd climbed above the trees and any sign of a trail. It was immediately clear that we could not ride on the rapidly melting snow.

We relaxed at an early camp, and set alarms for 1:30AM with low expectations. At 2AM, we rode away under a bright moon on a firm, frozen crust. We'd been hoping for this, but were surprised enough by the easy riding that we made the mistake of stopping for a protracted breakfast before the sun was even up. We wouldn't take full advantage of the crust, which didn't form reliably until after 1AM, and lasted only until 7AM, until the following night.

We'd chosen the expansive alpine area at the headwaters of Slim Creek and the Taseko and Lord Rivers for its relative flatness. While I suspected that we could ride down steep slopes, and that our climbing would depend more on our lungs than on tire traction, I was not expecting much success on side-hills. Yet, as we rattled over kilometers of sun-cupped snow, tires aired-down to a few PSI, we held our elevation tightly around the side of valleys, traversing up to twenty degree slopes. A world of possibility unfolded.

If you're motivated by speed, fat bikes are not the best tool. But progression is not all stop watches and slow-mo whirligiging. I ride because of wanderlust. George W. had it wrong; “freedom and democracy” are not delivered from the end of an M16. The bicycle is the best agent of liberation.

I measure my riding with breadth of my mental map. Our faint tracks on the pre-dawn crust become lines on crinkled pages of my cerebral atlas. I've found there to be an inverse correlation with the number of things I have to think about, and the richness of an experience. Too often, gadgets rob us of real living. Nevertheless, it seems that something as wholly material as tire width has a direct effect on the potential to expand my known universe. That's what fat bikes are all about – potential. Not only are there new trails to be ridden, but places with no trails at all. Even slowly pedaling nowhere can be exciting. And has there ever been a bike at Griswold Pass?

I measure my riding with breadth of my mental map. Our faint tracks on the pre-dawn crust become lines on crinkled pages of my cerebral atlas. I've found there to be an inverse correlation with the number of things I have to think about, and the richness of an experience. Too often, gadgets rob us of real living. Nevertheless, it seems that something as wholly material as tire width has a direct effect on the potential to expand my known universe. That's what fat bikes are all about – potential. Not only are there new trails to be ridden, but places with no trails at all. Even slowly pedaling nowhere can be exciting. And has there ever been a bike at Griswold Pass?

Somehow, despite much post-holing, bike pushing, bushwhacking – an overall terrible ratio of riding to hiking – our frustrated exclamations of “No one does this! There's a reason no one brings a bike here!” were quickly shadowed by an immense excitement for where we were. Our mere 90 kilometers covered over four days were not a failure at all, but rather an eye-opening proof of concept. From our turn-around point at Griswold Pass, a gentle glacier climbed further west – a doorway to one of the world's most expansive sub-polar ice fields. And the key to that door might be so simple: just ride at night.

Skyler Des Roches is far from your average medium-adventurer, which you can observe from his blog and Instagram if this article didn't already point that out.

Précédent Nouvelle Voici le Maiden Son cadre en carbone a été conçu dès le départ pour performer aux plus hauts niveaux en Coupes du monde, aux parcs de descente, ainsi qu’en freeride « big mountain ». 
Prochain Caractéristique 2015 BC Bike Race This year's BCBR was one of the toughest years ever. We set-up beer gardens and a kids pool to ease the pain.
Caractéristique

2015 BC Bike Race

July 10, 2015

Words by Scott Pilecki.
Photos by Margus Riga.

BC Bike Race is an undertaking that has to be experienced to be understood. It's more than just riding the trails or entering a race—it’s a life-changing event, and you need every participant to make it that.

Rocky Mountain athlete and BCBR head honcho Andreas Hestler shakes off the nerves for day one in Cumberland.

Geoff Gulevich brought his freeride game, tires, and handlebar-moustache to BCBR.

This year we brought a full roster of XC racers, ambassadors, freeriders, distrubutors, dealers, and friends. Geoff Gulevich left his full-face behind and slathered on the chamois butter. Adventure-loving Tito Tomasi was hemmed in by pink race tape and spandex but swore he would take adventurous lines every day.

Andreane Lanthier Nadeau came off a surprise Hood River Enduro win to show the Solo Women’s category how to descend on an XC bike. Local boy Quinn Moberg had something to prove as one of the youngest racers in this year’s Men’s Solo category. And Kevin Calhoun and Greg Day, who compete against each other in the local race scene, teamed up to take on the Men’s Team category.

This year’s BCBR was one of the toughest in the race’s 9 year history. Technical trail and ribbons of singletrack combined with temperatures in the 30’s challenged racers on all fronts. Each stage showed the character of the town, and how diverse the trails can be across BC's landscape.

Dave Vunic keeps the streets safe as an RCMP officer by day, and ripped it up to 13th place in Men’s Solo.

Christoph Listmann puts the hammer down on the flats.

Powell River was a highlight for us this year. The spectacular campground was on Willington beach for two nights next to the ocean. The trails there exemplified true singletrack racing, snaking brown pow through the sea of green moss. Each stop left its mark on the racers, whether literally or figuratively—there were lots of IV's being hooked up and bandages wrapped.

Kristen Gross showing BC that the California girl can rally the rocks in Squamish.

Quinn Moberg leading out from Sechelt to Langdale.

Michael Anthes in his element.

Our athletes both local and far-reaching couldn’t have made us more proud. After seven days of racing, the team of Greg Day and Kevin Calhoun took the overall win in the Elite Team category. Young gun Quinn Moberg worked hard all week, taking the stage win in his home town of Squamish and finishing the race 4th overall in Solo Men. Andreane Lanthier Nadeau took 4th in the women’s Solo, with Kris Gross hot on her heels in 5th.

How's your game face? Kevin Calhoun putting on a game face clinic from the start line.

Mr. Tito Tomasi. A wildman that is not afraid of grizzly bears or pushing his Thunderbolt BC Edition hard.

The German Bike Mag - Rocky Mountain team of Christoph Listmann and Michael Anthes took 2nd Place in the Veteran Team category. Udo and his brother Harty Bolts finished 2nd in their Team category. Udo raced in the Tour de France, in case the name sounds familiar. And in the Masters Solo Men's Thorsten Keller took the second step.

Race organizer and Rocky Mountain veteran Andreas Hestler rode to an impressive 9th place. Mike Sarnecki took 12th, Dave Vunic 13th, Tito Tomasi in 17th, and Geoff Gulevich 64th—not bad for a guy who normally does backflips not swtichbacks.

Greg Hayes, a veteran of the North Shore, showing he's not yet in the Veteran's category.

Hilscher Manfred wears a dusty grin after another day on course.

Our race mechanics were sweating in the heat to make sure that racers' bikes were in top form each day.

Every photo of ALN sees her smiling. After all it was her birthday on July 3rd, and 2nd place in Whistler on Day 7 served as a nice present.

Our thanks go out to BC Bike Race for having us on as a sponsor of such a great week of riding and impressions. We couldn’t have done it without the help of Fox Racing Shox, Shimano, Stan’s notubes, Smith Optics, Maxxis, WTB, FSA, Honey Stinger, Kicking Horse Coffee, Race Face, FTI Consulting, and IGUS. The event itself could not be done without the long list of volunteers and organizers, thank you for all your help and patience along the way. Especially with our beer garden and kids pool…

Précédent Caractéristique An Idiot's Guide to Bikepacking on Snow Skyler Des Roches continues to push the boundarys of where tires make tracks when he and Knut Kitching take a couple of Blizzards into the glaciers and snowy mountain passes of the South Chilcotins in the early Summer, by night.
Prochain Caractéristique La Black Canyon Trail Trois journées complètement autonomes sur les 80 miles de la singletrack isolée de la Black Canyon Trail.
Caractéristique

La Black Canyon Trail

April 15, 2015

Filmé par Brian Vernor
Mots par Wade Simmons
Images par Margus Riga

Pour certains, l'aventure se définit par des expériences poignantes impliquant presque frôler la mort. Pour moi, avoir l'intention de partir à l'aventure est ce qui la définit, même si ce n'est que pour échapper à la civilisation pour un court laps de temps. Plus tôt ce printemps, c'est avec ça en tête que nous avons organisé un voyage dans le Désert de Sonoran en Arizona pour notre randonnée, afin de parcourir du chemin en vélo-camping. Trois journées complètement autonomes sur les 80 miles de la singletrack isolée de la Black Canyon Trail.

L'appel a été lancé à l'Olympien Andreas Hestler, au freerider fraîchement tatoué Geoff Gulevich, au cinéaste de renommée Brian Vernor ainsi qu'Alex Cogger, Chef de produit chez Rocky Mountain et  sincèrement votre, un freerider fini.

La soirée avant notre départ, nous nous sommes organisés un peu maladroitement avec notre équipement pendant des heures dans le stationnement d'un motel de Prescott. Emballer, déballer, réemballer, ajouter et mettre de côté. Au final, on a surement pris une charge beaucoup trop lourde, mais il y a évidemment quelques nécessités: café, chocolat, doudoune, laine et whiskey. Pleines à craquer, nos montures ont probablement fait pencher la balance à plus de 45lbs, et j'étais de moins en moins certain qu'on s'amuserait.

Il y avait quelque chose de libérateur après les premiers coups de pédales le lendemain matin en quittant l'endroit où nous avions débarqué. Un sens léger d'abandon d'ordre et de responsabilité qui se présente avec une météo incertaine et un itinéraire plutôt vague. Heureusement ces vélos de terre ont performé tel qu'Alex nous avait promis. C'était évident dès les premiers miles que le fait d'avoir nos maisons et nos cuisines d'emballées avec nous n'allait pas nous empêcher de s'amuser. C'était peut-être grâce à la combinaison entre l'augmentation de la masse générale et les pneus surdimensionnés, mais peu importe ce que c'était nous avons eu tout un temps à franchir le terrain désertique sur ces montures chargées, dérapages, dévirages et sauts compris!

La Black Canyon Trail s'étend sur environs 80 miles du nord au sud. Elle commence sur un haut-plateau et serpente à travers des prairies vallonnées, avant de descendre vers les paysages de Saguaros, Chollas et la flore du Désert de Sonoran. On nous a servi des nuits froides et des matins de désert glacial, mais une fois que le soleil se levait les couches commençaient à tomber et nous devions faire face à la chaleur implacable et régulière du jour. Le paysage qui s'est présenté à nous était hors de ce monde, rempli de choses incroyablement belles qui n'attendaient que le moment idéal pour nous piquer, aussitôt que l'on s'écartait du sentier. Entre les trous de balles de fusil dans pratiquement tout ce que l'on voyait et le cycliste complètement nu que nous aavons rencontré la troisième journée, c'était clair que la thématique du voyage était 'être bizarre dans le désert'.

 

Nous avons été plutôt modestes en planifiant le kilométrage que nous désirions parcourir à chaque jour, ce qui a laissé place à l'exploration de divers drainages, à des dîner relaxants au bord de l'Agua Fria River et à repasser à répétition certains aspects du sentier. Chaque soir par contre, nous rejoignions notre campement un peu plus tard que prévu, et nous assemblions les tentes et cuisinions le souper à la lumière de notre lampe frontale.

Les vieux grisonnants tout comme les aventuriers du clavier pourraient être déçus par l'absence de difficultés rencontrées; l'eau n'était pas difficile à trouver, nous avons amplement mangé, les vélos ont performé sans aucun problème et les prévisions météo désastreuses ne se sont jamais matérialisées. Mais pour nous, ce voyage fut un immense succès. Nous nous sommes vraiment amusés et ce n'était qu'un aperçu vers de nouvelles possibilités. Les meilleurs aventures sont celles qui en inspirent d'autres.

--

Mots par Wade Simmons
Images par Margus Riga
Filmé par Brian Vernor
Réalisé par Brian Park
Musique par Brandon O'Connell
Mettant en vedette le Sherpa de Rocky Mountain
Monté par Wade Simmons, Geoff Gulevich, Brian Vernor, Alex Cogger, et Andreas Hestler

Présenté par Rocky Mountain BicyclesManitou, & Pinkbike.
Rendu possible grâce à Overland JournalArc’teryxPorcelain RocketExped, & Defy Products.
Remerciments à Scott Struve, Luke Musselman, Julian Coffey, Christophe Noel, Jo Salamon, Scott Felter, Benoit Deshayes, & Paul Breedlove.

Précédent Caractéristique 2015 BC Bike Race This year's BCBR was one of the toughest years ever. We set-up beer gardens and a kids pool to ease the pain.
Prochain Nouvelle Nous vous présentons le Sherpa de Rocky Mountain Le Sherpa se chargera de vous transporter, vous et tout votre équipement, jusqu’au bout du monde en s’éloignant du parcours Strava le plus près et en vous dirigeant aléatoirement vers n’importe quelle route ambitieuse de l’arrière-pays qui ne vous avait encore jamais traversé l’esprit en termes de possibilités.
Caractéristique

Pouvez-vous Utiliser un 'Fat Bike' en Freeride?

December 22, 2014

On se doit d'avouer que nous étions plutôt hésitants face à la nouvelle tendance des 'Fat Bikes' qui s'abat sur l'industrie comme une vrai tempête (jeu de mots intentionnel). Il y avait certainement des gens qui nous regardaient drôlement du coin de l'œil lorsque nous avons commencé à en concevoir un et effectuer des tests avec celui-ci.

Wade Simmons n'a toutefois pas pris de temps pour s'y convertir: "Tout le monde pense qu'ils sont tellement cools et à prendre au sérieux, mais le but n'est tout simplement que de s'amuser sur son vélo". Tenter de récupérer les vélos d'essais à temps avec ces gars-là? Impossible!

Le vélo FAT FREE a découlé de quelques journées à expérimenter et à mettre le Blizzard à l'épreuve dans les montagnes côtières de la Colombie-Britannique. Ce fut une révélation de voir le terrain spectaculaire qui est à notre portée pour la pratique du 'fat biking', et cela nous a prouvé que les seules limitations de ces vélos sont les notions préconçues que nous nous imposons à nous-mêmes.

Si vous vous posez encore la question, la réponse, c'est oui. Vous pouvez et devriez absolument utiliser un Fat Bike en freeride.

Riders: Geoff Gulevich, Wade Simmon et Brett Tippie, avec quelques apparitions d'Andreas Hestler et Fraser Vaage.
Filmé par: Liam Mullany, Connor Macleod, Chris Fisher, Brian Park, Fraser Vaage, et Andreas Hestler
Musique (Principale): "Outta Mind" par Night Beats, une gracieuseté de The Reverberation Appreciation Society
Merci à: Black Tusk Snowmobile Club, Tony Cailes, et Dylan Auld
Photographie: Fraser Vaage et Brian Park

Visitez bikes.com/blizzard pour en apprendre d'avantage sur le Blizzard de Rocky Mountain. Nous l'avons conçu pour un type de conduite plus agressif sur les terrains plus ramollis comme la neige, le sable ou autre.

Précédent Revue de presse Le magazine Bike Mag acclame le vélo Thunderbolt MSL Nous remportons les grands honneurs de la bible des tests de vélo 2015.
Prochain Nouvelle Rocky Mountain Dual at Snow Epic
Caractéristique

Le Sentier Stoneman

October 15, 2014
 

Le sentier Stoneman est situé au cœur des Dolomites , le fruit de l'ancien champion de VTT Marathon Roland Stauder . Son 120km de singletrack avec un gain de plus de 4000 mètres d'altitude , un tour exigeant même sur plusieurs jours .

Notre bureau en Allemagne en partenariat avec Stoneman fournit un itinéraire spectaculaire et une expérience unique . Nous ne pouvons pas attendre pour sortir et l’essayer !

Riders: Roland Stauder, Guido Thaler, and Florian Konietzko

Video: Woodslave Productions

Photos: Markus Greber / BikeAction Germany

Précédent Nouvelle Vintage Signature Maillot en Laine Nous avons fouillé nos archives pour le concept de nos maillots ‘Signature Vintage’ en laine merino, fait à la main ici même à Vancouver.
Prochain Nouvelle L'équipe Rally Sur Le Dernier Podium Après avoir accompli 7 courses incroyables, on ne peut pas être plus fiers de notre jeune équipe Rocky Mountain Urge bp Rally qui remporte la 2ième place dans la catégorie Équipes du Enduro World Series.
Caractéristique

Altitude Sickness — Highs & Lows at EWS #5: Winter Park, Colorado

August 06, 2014

Photos par Matt Wragg. Texte par Isabeau Courdurier.

Après avoir lancé la saison au Chili ainsi que plusieurs autres courses en Europe, l'Enduro World Series s'est déplacé sur le continent Nord-Américain. À plus de 10 000 pieds d'élévation à Winter Park au Colorado, cette course promettait d'être l'une des plus difficiles de la saison au niveau physique. Ayant enduré un enfer en voyageant pendant près de 36 heures, l'équipe Rocky Mountain Urge bp Rally s'est réunie à Denver, mais les vélos ne se sont pas rendus. Trois jours avant une course, ce genre de situation élève rapidement le niveau de stress, sans mentionner l'aéroport de Denver rempli de Français qui s'énervaient beaucoup trop.

Une fois rendus à Winter Park, nous avons rejoint le reste de l'équipe: Peter, venant tout droit de l'Alaska, Jordan de Whistler et Francesco du Chili. Éventuellement, nos vélos sont arrivés à destination.

Vendredi

Le réchauffement nous donne généralement une bonne idée si la course sera pénible ou non, et je m'inquiétais déjà à l'étape 1. Le plat de celle-ci fût un massacre pour moi! Le reste de l'équipe a aussi eu de la difficulté, et seulement Flo et Jesse ont pu se classer dans le top 30.

L'étape 2 était beaucoup plus technique et nous avons pu récupérer du temps, mais à la fin de la journée, les résultats étaient tout aussi décevants: Flo est arrivé 16ième et Jesse en 21ième place, alors qu'Alex et Peter devaient pousser plus fort pour faire le top 50.

Samedi

L'étape 3 a débutée avec une section rocailleuse et beaucoup plus inclinée qui me convenait plutôt bien, mais s'en est suivie d'une section longue avec un plat où j'ai eu peine et misère à pédaler et conserver les gains que j'avais fait. L'étape 4 quant à elle était très courte, sans aucune ascension, et c'est ainsi que je me suis mérité mon premier podium d'étape de la saison - 3ième position!

C'est extrêmement difficile de respirer à cette altitude, et le terrain est vraiment différent de ce à quoi nous sommes habitués en tant que coureurs. Pendant que Jesse accomplissait une bonne journée; 9ième, 14ième et 6ième, Flo et Alex quant à eux avaient de la difficulté à garder la forme.

Rendus à la 5ième étape, nous étions tous exténués. Alex est tombé parce qu'il a “vu deux arbres alors qu'il y en avait seulement qu'un”, mais a réussi à remonter en 7ième place pour cette étape. Malgré tout, nous avons amélioré nos résultats en tant qu'équipe aujourd'hui, la journée la plus difficile de la course.

Dimanche

L'étape 6 a fait toute une controverse pour les coureurs. La plupart d'entre nous avaient l'impression que le parcours de Cross-Country plat et lisse à 10 000 pieds d'altitude ne respectait pas les standards établis des autres excellents parcours et étapes des courses EWS précédentes cette année. Alors que j'étais déjà hors de mon élément, j'ai manqué le ruban et je me suis retrouvé hors-parcours, ce qui m'a coûté encore plus de temps pour cette étape. Tous les autres on poursuivi et on été capable de maintenir leur position.

Finalement, la 7ième et dernière étape de la fin de semaine prenait lieu sur Trestle Downhill, de loin l'étape la plus technique et agressive de tout le weekend, et définitivement la meilleure façon de terminer la course! Nous avons tous eu un bon parcours, avec Flo qui s'est mérité la 6ième place, Jesse en 10ième position, Alex 18ième et Jordan 30ième. Quant à moi, j'étais vraiment content de ma 7ième place pour cette étape.

Après une fin de semaine exténuante, notre Canadien Jesse a été le plus rapide de l'équipe et  s'est classé en 15ième place, une position bien méritée! Pour aller de l'avant, il est clair que notre équipe doit s'améliorer pour devenir une menace pour le podium lorsque les course sont très physiques, surtout en altitude. À chaque fois nous gagnons de l'expérience à bien savoir gérer notre énergie et maximiser les gains de temps.

Bientôt, c'est dans la ville natale de Jesse qu'on se retrouve pour profiter d'un des endroits les plus prisés dans le monde du vélo. Les deux prochaines semaines seront remplies d'aventures et de moments mémorables, et nous avons tous hâte à cet arrêt du Enduro World Series; Crankworks!

--

Chaque membre de l'équipe utilise un Rocky Mountain Altitude MSL édition Rallye, avec des composantes et des chaussures Shimano, des pneus Maxxis, des roues Stan's No Tubes, une suspension de qualité Fox et des cockpits Race Face. Nous portons des casques Urge bp Archi Enduro et Endur-O-Matic, et avons la chance d'être supportés par des commanditaires clés tels que Cane Creek pour nos jeux de direction, e13 pour nos guides-chaînes, Honey Stinger pour nos gels énergétiques, la compagnie Kicking Horse Coffee, les consultants FTI et le Centre de Ski Val d'Allos.

Précédent Nouvelle 2015 Thunderbolt MSL Un marathon? Certainement. Trois sauts de suite? Pourquoi pas! La BC Bike Race? Absolument! Essayer touteles trails? Évidemment sinon ce serait impoli.
Prochain Nouvelle Gully prend d'assaut l'événement Geoff Gulevich n'avait qu'un seul et unique objectif; prendre d'assaut l'événement Suzuki Nine Knights 2014 à Livigno en Italie.
Caractéristique

Ostroski en Alaska

February 10, 2014

Texte de Peter Ostroski, athlète de l’équipe Enduro de Rocky Mountain. Photos de Charlie Renfro.

En plus d’une nature impressionnante, on retrouve en Alaska la forêt humide la plus au nord du monde, le sommet le plus haut d’Amérique du Nord et des sentiers incroyables. Alors que l’hiver offre des conditions de ski de haut calibre, l’été fait place à de longues journées et à une nature sauvage abondante. Demeurant en Alaska l’hiver et prenant part aux diverses courses du circuit Enduro l’été, j’ai su trouver un moment pour une brève aventure à vélo dans le 49e état américain.

Bagages et Altitude en mains, j’ai pris un vol jusqu’à Anchorage en Alaska tout juste après la course Crankworx EWS (Enduro World Series) de Whistler. À l’atterrissage, j’observais au loin les montagnes presque entièrement cachées dans le brouillard et les orignaux qui flânaient à quelque 100 mètres de la piste d’atterrissage. C’est dans ce décor de pluie et de brouillard persistant que j’ai rejoint le photographe Charlie Renfro à Girdwood, un petit village de ski, dans l’espoir d’une accalmie pour prendre quelques photos.

On retrouve à Anchorage un nombre important et grandissant de sentiers vélo de montagne. C’est dans le Parc de Kincaid, au sud de la ville, qu’on accède l’hiver à un immense réseau de sentiers de ski de fond et de vélo sur neige. L’été, les sentiers sont tout aussi impressionnants, et nous avons eu la chance d’y trouver un peu de luminosité en soirée.

La deuxième étape de notre périple était de se rendre au sud-ouest de la Péninsule de Kenai, dans la ville d’Homer, afin d’y faire du vélo dans les sentiers longeant la Baie Kachemak. Après 4 heures de route, nous sommes arrivés à destination en milieu d’après-midi, pour ensuite monter à bord du Ikpiq, un navire anglais. Dirigé par notre ami de Girdwood Aaron Stiassny, ce navire de 26 pieds, riche en histoires, est à l’épreuve de tout. Quoiqu’il aurait déjà failli sombrer dans une tempête, donnant la frousse à John Miles, une légende locale d’Homer…

Nous avons par la suite emprunté le chemin Jakolof Bay dans le but de trouver un sentier sur la crête jusqu’à Red Mountain, dans la partie Nord de Seldovia. Selon la rumeur du coin, ce sentier avait été inondé l’an dernier et peu de gens connaissaient son état après l’important drainage. Nous avons rapidement constaté que cette vieille route minière avait bel et bien été ravagée par l’eau. Nous avons atteint la vallée supérieure près de Red Mountain alors qu’il restait à peine une heure de clarté et qu’aucun sentier de vélo de montagne n’avait encore été aperçu. Nous avons ainsi abandonné l’idée de faire du vélo sur la crête et sommes retournés au bateau pour un bon souper de moules fraiches.

Le lendemain, notre retour au quai s’est suivi d’une randonnée sur le bord des falaises, au-dessus de Homer Spit, de la maison de John Miles et de la ferme avoisinante.

De retour à Girdwood pour les derniers jours de l’expédition, les conditions ne furent pas plus clémentes. La pluie et le temps froid ne nous ont pas aidés à bien profiter de nos explorations à vélo, mais les nuages se sont dissipés le dernier jour. Nous nous sommes alors rendus en montagne, jusqu’à la Crow Pass pour rejoindre le sentier de 24 miles qui descend jusqu’à la rivière Eagle. Le sentier, parfois très étroit parmi la forêt dense, et parfois très ouvert dans de larges pistes de ski alpin, nous en a fait voir de toutes les couleurs! Cette sortie à vélo dans les montagnes Chugach était tout à fait épique et termina notre séjour d’une excellente façon.

Il nous reste beaucoup à découvrir, mais cette aventure fut somme toute incroyable. Merci aux amis d’Anchorage pour leur partage de la culture et des histoires locales, à Rocky Mountain pour le vélo ainsi qu’à Charlie Renfro pour les photos !

Précédent Nouvelle La MÉTÉO annonce UN BLIZZARD Une nouvelle gamme de «FAT BIKE»
Prochain Nouvelle Rocky Mountain – Urge bp Rally Team RMB et Urge bp ont uni leurs forces en 2014 pour lancer le RM Urge bp Rally Team, entièrement dédié aux Enduro World Series.
Caractéristique

Rad Santa

December 17, 2013

Pour terminer en grand cette année incroyable chez Rocky Mountain, nous avons concocté une vidéo vous souhaitant un joyeux temps des Fêtes !

Merci à tous pour votre soutien et meilleurs vœux pour 2014 !
—Rocky Mountain Bicycles
 
Vidéo créée par : Matt Dennison 
Vidéo produite par : Brian Park 
Père Noël – Morgan Taylor 
Rider – Geoff Gulevich 
Vélo – Altitude 770 MSL Édition Rally
Précédent Nouvelle Rocky Mountain – Urge bp Rally Team RMB et Urge bp ont uni leurs forces en 2014 pour lancer le RM Urge bp Rally Team, entièrement dédié aux Enduro World Series.
Prochain Features Instinct in the Monashees Wade Simmons & Kevin Calhoun on an adventure in the alpine with our new Instinct MSL.

Pages