Vallée Bras du Nord

Caractéristique

« En Marche » : l’histoire de la Vallée Bras-du-Nord

October 31, 2019

« Avez-vous déjà pensé à aménager des sentiers de vélo ici? » Cette question déterminante a été posée il y a quinze ans dans une yourte perchée au sommet de la chute Delaney, lieu emblématique de la Vallée Bras-du-Nord, près de Saint-Raymond. C’est ce qui a lancé la conversation d’où sont nés en sol québécois une mecque du vélo de montagne de renommée mondiale et un programme primé pour les jeunes.

 

 

À l’époque, la Coopérative Vallée Bras-du-Nord, modèle novateur de gestion coopérative, venait tout juste de célébrer son deuxième anniversaire, mais comptait déjà des installations d’accueil, plusieurs refuges et 60 km de sentiers de randonnée.

Frédéric Asselin, directeur général de la Coopérative, partageait la yourte avec Gilles Morneau, journaliste pour le magazine Géo Plein Air, Mathieu Toulouse, rider professionnel, et Michel LeBlanc, entraîneur-chef de l’équipe nationale de vélo de montagne, qui étaient dans la région pour un voyage de randonnée et de canot. Frédéric, toujours à l’affût de nouvelles activités pour stimuler la croissance de la Coopérative, écoutait attentivement la discussion sur la possibilité d’aménager des pistes de vélo de montagne dans la vallée. Tous se sont rapidement entendus pour dire qu’avec ses falaises, ses rivières et ses chutes d’eau, cette vallée glaciaire offrait le cadre parfait pour explorer la nature sur deux roues.

L’idée s’est mise à germer ce soir-là et à peine un an plus tard, après avoir visité d’autres vélos-parcs et s’être lui-même pris d’affection pour le vélo de montagne, Frédéric a présenté le projet au conseil d’administration de la Vallée Bras-du-Nord, qui l’a approuvé. Et en 2007, les jeunes participants d’En Marche ont commencé l’aménagement des sentiers.

Le projet En Marche vise à donner aux jeunes en difficulté, aux prises avec le décrochage scolaire, la violence familiale, la toxicomanie ou la délinquance, la chance de se retrouver dans la nature et d’utiliser les travaux forestiers comme outil d’apprentissage. Des dizaines de jeunes hommes et femmes sont choisis chaque année pour aménager et entretenir les pistes de la vallée.

Ces jeunes passent six mois à manier la hache Pulaski et le râteau McLeod, accompagnés au quotidien par un travailleur social qualifié. À la fin de l’été, toute l’équipe part à l’aventure en pleine nature où, confrontés à un milieu hostile, les participants en apprennent davantage sur la tolérance, la discipline, le travail d’équipe et la persévérance.

En 2008, les participants du projet En Marche avaient déjà aménagé quelque 15 km de pistes simples et 30 km de pistes doubles pour le vélo de montagne. Les cyclistes, enchantés de leur visite, ont commencé à passer le mot. Le désormais célèbre sentier de la Chute à Gilles, qui longe le pied d’une jolie chute, a donné le ton et est devenu emblématique de ce que la vallée avait à offrir. Année après année, l’enthousiasme des riders n’a cessé de grandir, particulièrement après l’ouverture du secteur Saint-Raymond, de la piste Grande Ourse et de la piste Beurre d’érable, qui propose de véritables montagnes russes vallonneuses construites sur un kame (une colline d’origine glaciaire composée de sable et de gravier).

L’équipe du projet En Marche a récemment dirigé les travaux d’aménagement de la plus célèbre piste de la vallée, la Neilson. Il a fallu trois étés pour créer cette piste que plusieurs ont qualifiée de chef-d’œuvre, dans un cadre naturel à couper le souffle. Les jeunes artisans ont façonné un agréable sentier le long de la rivière Neilson : ils ont construit des ponts et ont parfois creusé dans la roche pour atteindre des endroits qui semblaient inaccessibles, tout en préservant autant que possible les superbes blocs de granit polis par l’eau depuis des siècles.

Forte de ces succès répétés, la Vallée Bras-du-Nord accueille chaque année un nombre toujours croissant de visiteurs à deux roues. Elle est maintenant devenue une destination incontournable. La qualité des installations et la collaboration de la Coopérative avec la communauté locale, les entreprises, les entrepreneurs forestiers et les propriétaires fonciers ont fait de la vallée une réussite et un modèle de tourisme durable. Mais la plus grande fierté de la Coopérative demeure les plus de 200 jeunes participantes et participants qui ont aménagé le réseau de sentiers. Ils peuvent tous être fiers du travail accompli, mais surtout d’eux-mêmes. Les trois quarts d’entre eux ont réintégré le marché du travail ou sont retournés à l’école, et certains travaillent même encore pour la Vallée Bras-du-Nord. Le projet En Marche a obtenu l’an dernier la plus haute distinction pour un programme d’intervention auprès des jeunes : son directeur, Étienne Beaumont, a reçu un prix Reconnaissance jeunesse des mains de Philippe Couillard, alors premier ministre de la province, lors d’une cérémonie à l’Assemblée nationale.

Rocky Mountain est le partenaire de vélo exclusif de la Vallée Bras-du Nord depuis 2008 et s’assure que les bâtisseurs du réseau de pistes et les employés de la Coopérative peuvent profiter du fruit de leur labeur.

Précédent Caractéristique Carson Storch Slayer Raw Pour l’épisode de Carson, nous avons visité Virgin, en Utah, un coin connu pour ses imposants rochers et ses lignes en pleine montagne. Cette section a été filmée au printemps dernier, ce qui a permis à Carson de rouler dans les sentiers à quelques mois du Red Bull Rampage. L’année 2019 marque la sixième présence de Carson à cette compétition annuelle et au fil des ans, il a réussi avec brio d’époustouflantes vrilles, descentes et autres figures uniques.
Prochain Caractéristique Entrevue avec Carson Storch – D’attaque pour le Rampage Carson, qui participera bientôt à son cinquième Red Bull Rampage, connaît bien la montagne russe d’émotions que seule une compétition de cette ampleur fait vivre.